J'invite les militants, les sympathisants ou les simple citoyens intéressés par toutes les questions qui traversent notre société, à participer au débat d'idées qui anime le PS à la veille de son congrès de novembre, dans le cadre de notre projet pour réussir l'alternance en 2007.
http://www.parti-socialiste.fr
http://www.projetsocialiste.fr

Un Projet - Un programme - Un candidat pour 2007
Voilà la trilogie qui doit être respectée par tous car dans la maison commune, ce sont les militants qui choisissent.

Après avoir écouté les Français, entendu leurs protestations répétitives dans les urnes, appréhendé le malaise profond de notre société, nous ne pourrons pas répondre par des incantations ou une série de mesures catégorielles.

Il faudra avoir le courage de dire des vérités qui fachent durablement les uns ou les autres, des vérités qui peuvent aller à l'encontre du discours convenu de la Gauche, quitte à se faire traiter de "libéraux" sur certains sujets et sur d'autres de "dangereux gauchistes" !

Par exemple :
Rétablir une fiscalité directe dépoussiérée et réellement progressive, le dire, l'écrire et l'appliquer !
Faire le constat qu'à terme la médecine "A la française", la médecine libérale est morte !
Redéfinir ce que doit être demain la sécurité sociale et comment on la finance ?
Redéfinir la mission et le périmètre des services publics, sans se laisser enfermer par la droite sur le créneau du service minimum ...ou par d'autres sur le statut "immuable" des personnels
Parler Justice, Police, Droits de l'homme, Immigration et régularisation etc.

Quand j'entends les discours de nos camarades du PC ou de l'Extrême gauche aujourd'hui, j'ai le sentiment que nous pouvons partageons certains constats d'évidence et certains combats, mais que "leurs solutions" sentent la naphtaline et ne sont en aucun cas porteuses d'avenir.

Il ne faudra pas tenter de duper les Français ni avec de vieilles lunes, encore moins avec des discours populistes .

Notre parti peut s'honorer de ses débats internes si souvent caricaturés. La démocratie est à prix, même si d'aucuns, singeant en cela la droite, voudraient les réduire à un simple combat des chefs.

Que nos grands leaders nationaux, François Hollande, Dominique Strauss Kahn, Laurent Fabius, Jack Lang ou d'autres aspirent éventuellement à porter les couleurs du PS et de la Gauche et le disent, quoi de plus naturel.

Il faut sortir du discours martelé à longueur d'antenne, que la Gauche peinerait à proposer un candidat crédible.

Le temps de la confrontation des idées et des programmes va venir, et je suis convaincu que le candidat de la gauche n'aura rien à craindre, à la seule condition de ne pas s'aventurer en terrain miné, celui du Populisme largement labouré par notre adversaire auto désigné et plébiscité par la Droite française, Nicolas Sarkozy.

Celui qui, à Gauche, l'y suivrait par opportunisme porterait une écrasante responsabilité politique et historique.

Une telle attitude serait indigne d'un homme d'Etat et déshonorerait l'impétrant !