caryotype_f_mininracismecaryotype_masculin

Après une période estivale habituellement plus calme, la reprise professionnelle fut chargée et elle m'a contraint, faute de temps, à mettre mon blog en sommeil pendant quelques jours.

J''y reviens pour exprimer mon opposition à la politique des quota contre les étrangers en situation irrégulière, car le temps suspendu de l'été ne le fut pas pour tout le monde. Les étrangers en situation irrégulière sont plus que jamais dans la ligne de mire de leur Ministre de tutelle Brice Hortefeux. Celui ci peine à remplir l'objectif chiffré laissé dans les cartons par son prédécesseur monté en grade : 25 000 reconduites à la frontière avant le 31 décembre !
On en affiche actuellement à peine la moitié, d'où la promesse d'une chasse implacable (et inhumaine) à des centaines de familles qui tremblent.
Quand la croissance est en panne et que l'esbrouffe finit par se voir, l'immigré est à nouveau le coeur de cible, la tête de gondole, la tête de turc. J'exècre encore plus ceux qui dans nos rangs soutiennent (sans le dire ouvertement) une telle politique. Et que dire du sieur Mariani Thierry, député très très à droite du Vaucluse, qui veut prélever l'ADN des étrangers à leurs frais pour leur permettre d'accéder au regrouprement familial ? En savoir plus.
J'ai bien peur que l'Assemblée n'approuve une telle mesure et peut m'importe qu'elle soit en vigueur dans certains pays de l'espace Schengen. Le compte rendu officiel des travaux de la commission

  • L'amendement contreversé :
    Article additionnel après l’article 5 (art. L. 111-6 du code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile)
    Recours aux empreintes génétiques par le demandeur d’un visa de long séjour :

    La commission a examiné un amendement du rapporteur ayant pour objet de permettre au demandeur d’un visa de long séjour de solliciter la comparaison, à ses frais, de ses empreintes génétiques ou de celles de son conjoint avec celles des enfants mineurs visés par la demande de regroupement familial, dès lors que les agents diplomatiques ou consulaires auraient exprimé un doute sérieux sur l’authenticité de l’acte d’état civil présenté. Son auteur a précisé qu’un récent rapport sénatorial avait fait apparaître l’importance de la fraude documentaire dans certains pays et que les doutes relatifs à l’authenticité des actes d’état civil présentés avaient pour conséquence un retard ou un rejet systématique des demandes de regroupement familial ou de rapprochement familial. Il a signalé que le recours aux empreintes génétiques pour lever tout doute et pour faciliter ainsi une réponse rapide et efficace aux demandes de visa est déjà utilisée par onze pays européens.

  • Signalons lors de la discussion un amendement de Claude Bodin :
    M. Claude Bodin a présenté un amendement visant à substituer au terme d’« intégration » celui plus juste à ses yeux d’« assimilation ». Il a estimé que l’intégration porte en elle le risque de dérive vers le communautarisme, où diverses cultures cohabitent sur un même territoire en conservant leurs spécificités au risque que ne se constituent des ghettos, alors que l’assimilation se définit comme la pleine adhésion des personnes immigrées aux normes de la société d’accueil et favorise ainsi leur insertion dans cette société. Le rapporteur, s’il a déclaré partager ce souci d’éviter la dérive vers le communautarisme, a indiqué qu’en matière d’immigration, le terme d’intégration était plus justifié. S’il s’était agi de la question de la naturalisation, qui marque l’entrée dans la Nation française, il en aurait été différemment et le terme d’assimilation est d’ailleurs celui utilisé à l’article 21-4 du code civil. Mais, la personne immigrée étant libre de choisir de garder sa nationalité, on ne peut lui appliquer le principe de l’assimilation. Mme George Pau-Langevin a rappelé à l’appui de ces arguments que le poète Aimé Césaire a écrit de magnifiques pages sur le sujet. La Commission a ensuite rejeté l’amendement.

La vie locale, et départementale sortent de leur léthargie estivale.

  • Localement à Franconville, j'ai reçu quelques échos et des témoignages à la suite de la publication simultanée de l'attaque personnelle du Maire et de ma réponse publiées dans le journal municipal de septembre. Pour résumer les réactions se situent entre étonnement (incompréhension) et réprobation. Voir les messages précédents consacrés à cette lamentable histoire.

  • Se prépare aussi la première séance au conseil général avec l'audition le 21 septembre de l'inspectrice d'Académie sur la rentrée 2007-2008. Egalement au sommaire, la partielle de Sannois et la préparation programmatique des grands enjeux du département pour le renouvellement de mars 2008.

Un mot sur une "nouvelle embauche à temps partiel" peu commentée, mais qui illustre bien que notre système politique marche sur la tête. Il est vraiment temps de repenser notre Démocratie et d'instaurer le mandat unique pour les députés et les sénateurs, à l'instar de nos voisins européens. Le président du groupe UMP à l'Assemblée, Jean-François Copé, ancien Ministre du budget et porte parole du Gouvernement Villepin a récemment rejoint le cabinet d'avocats d'affaires Gide, Loyrette, et Nouel comme collaborateur à temps partiel. Il y travaillera les vendredi et samedi, traitera des des dossiers de médiation, et "ne s'occupera en rien de dossiers liés à l'Etat " , selon son entourage.

  • Il cumulera donc cet emploi à tiers temps qui n'a rien à voir avec l'Etat" (Sourires +++)avec
  • Son mandat de Maire de Meaux... à tiers temps !
  • Son mandat de député... à tiers temps !