Le 26 septembre, les militants socialistes sont appelés à choisir selon des règles internes transparentes et dans la plupart des communes de France leurs futures têtes de liste pour les élections municipales de 2008;

C'est la situation politique du PS à Argenteuil, qui m'a convaincu d'écrire cet article.

La presse départementale et nationale s'est beaucoup intéressée à la troisième ville d'Ile de France pendant la campagne législative car le candidat investi par le PS s'appelait Faouzi Lamdaoui, par ailleurs Délégué national de notre parti. Après une défaite honorable, ce dernier a souhaité poursuivre l'aventure et concourir aux municipales. Son parcours fait des vagues à l'intérieur du PS car il illustre à mon sens le jeu trouble autour de la notion de "diversité".

On ne peut pas tenter de s'imposer par le sommet en jouant habilement de sa "diversité"

Cette dénomination arbitraire ne doit pas se substituer aux réalités locales. Aucun militant ne peut revendiquer de droit une place ou une investiture au prétexte de son origine, de sa religion, ou de sa couleur. Mon hostilité aux quota qui ne disent pas leur nom n'est pas contradictoire avec la promotion et l'éclosion de nouveaux talents. Nos sections commencent à se renouveler et à ressembler davantage à la France, tant mieux. Les scrutins de liste (Municipales, Européennes, Régionales) nous permettent de mobiliser des hommes et des femmes venus de tous les horizons, tant mieux.

Quand en 2004, mon ami et collègue au Conseil général, Hussein Mokhtari, très souvent cité en exemple ces derniers temps (trop à son goût), fut élu à Garges-lès-Gonesse, il le fut sous les couleurs du PS et de la Gauche, grâce au travail des militants et à ses qualités propres. Il ne le fut  certainement pas au titre de je ne sais quelle "diversité" !

Le Parti Socialiste est un parti laïc qui doit combattre sans faiblesse toute dérive ethnique ou religieuse. Il se fourvoierait gravement en cédant à cette lune de la "diversité" en politique.

Je veux le mettre en garde contre toute tentation d'utiliser Argenteuil pour nourrir un plan de communication national sur "la diversité". Plus qu'une erreur, ce serait une faute. Laissons ces jeux de casting à l'Elysée.