JFerret_et_M_sanguin_JPGCIMG0921Jacqueline_Ferret
    Quelques photos de Jacqueline, militante et élue locale dans notre ville 

Ce matin j'ai appris le décès de ma camarade, de mon amie Jacqueline Ferret. Nous savions tous qu'elle luttait depuis longtemps contre la maladie, une maladie qu'elle avait de plus en plus de peine à apprivoiser.

Jacqueline, j'ai envie de la raconter d'abord en militante. Je l'ai connue en 1995 en adhérant à la section locale du PS au moment des élections municipales. Elle y était tête de liste, engagée à fond comme toujours, dans un combat difficile après les défaites subies par la gauche en 1983 et 1989. Francis Delattre l'avait à nouveau emporté. Localement, 2001 ne fut pas non plus au rendez-vous. Mais à force de ténacité, la victoire nous a souri aux cantonales de 2004 avec au bout du suspense du dépouillement, un moment de bonheur militant, et naturellement Jacqueline en était.

J'ai toujours apprécié son franc parler et sa fougue, elle qui par dérision fustigeait souvent les documents du parti, souvent illisibles disait-elle pour la "ménagère de 50 ans qu'elle était". Nous divergions quelquefois pour mieux nous retrouver par exemple en signant le même texte (la même motion) à la gauche du PS lors de notre dernier congrès. Mais elle doutait déjà et son départ pour le Parti de Gauche de Jean-Luc Mélenchon dès sa création ne fut qu'une demi-surprise. Elle y a avait retrouvé nous disait-elle une seconde jeunesse militante et ça se lisait dans ses yeux, malgré la fatigue et la maladie. Son dernier grand combat politique fut certainement la mobilisation contre la privatisation de la Poste.

Au delà de la dimension militante, elle avait un coeur gros comme ça, grande amoureuse de sa famille avec un attachement viscéral à un petit bout de mer du Nord, son jardin secret, qui répondait au doux nom de "Stella". Je n'oublie pas la croche coeur, la chorale qu'elle présidait et dont elle était fière.

Nous serons très nombreux à lui rendre un dernier hommage.
Adieu Jacqueline, on t'aimait bien tu sais...