Carton_rouge
Réponse à la tribune du Sénateur Hugues Portelli http://www.vonews.fr

Hugues Portelli n'a qu'un objectif en tête : donner le maximum de gages à l'appareil UMP départemental et national pour tenter d'assurer son fauteuil au Sénat en 2011. Juriste reconnu, il se lance dans une bataille pour le moins risquée si on regarde les éléments contestés.

  • Contestable la campagne institutionnelle du conseil général sur les abribus ? On verra ce qu'en dira le juge, mais je n'ai pas trop d'inquiétude sur sa réponse.
  • Demander la réintégration de cet affichage dans le compte de campagne du PS ? C'est bien une mascarade, des moulinets pour montrer combien il est un opposant résolu, c'est juste à côté de la plaque. Qui a oublié que pour parvenir à faire réélire Lionel Georgin son adjoint ermontois au conseil général, il s'était affiché sur toutes les affiches officielles semant ainsi le trouble chez les électeurs grâce à sa notoriété de Maire. A tel point qu'on pouvait se demander qui était le véritable candidat, avec un faible écart de 250 voix à la sortie. Alors pour les leçons, il faudra repasser.

  • Sur l'extravagance de ses propos sur les nouvelles règles d'attribution des aides à l'investissement aux communes, parler de "rupture d'égalité" et "d'atteinte à la libre administration des communes",c'est une méconnaissance du rapport et de la délibération votée le 15 janvier par l'assemblée départementale, procès que je ne ferai pas au Sénateur Portelli qui l'a certainement lu avec attention.
    C'est d'autant plus étonnant qu'en "off" comme on a coutume de dire, il ne manifeste aucune hostilité sur le principe de la réforme.

  • Encore une fois c'est se fondre dans la posture politicienne de l'UMP et de l'UVO qui décidemment peine à convaincre. Et ce n'est pas faute d'avoir distillé et de continuer à répandre les pires rumeurs et de fausses informations sur cette réforme. L'action d'Hugues Portelli vise simplement à tenter d'en ralentir la mise en oeuvre et à se faire mousser à peu de frais. Ne lui en déplaise, les Maires et nombre d'élus commencent à s'approprier cette idée de contrat avec le conseil général, parce que les règles sont connues de tous et qu'elles sont transparentes, y compris les calculs du niveau de subvention espéré. C'est une petite révolution qui doit faire son chemin.

  • On ne peut pas dire comme François Scellier lors de la séance de septembre, réélus nous l'aurions fait, être d'accord avec plus d'équité entre les communes et les territoires, appuyer l'introduction de critères de développement durable dans les projets subventionnés et hurler aux loups au prétexte que c'est la majorité de gauche qui l'a imaginée et qui la porte.

  • Bref le Sénateur brasse là beaucoup de vent. Le principe de sa réélection, c'est à dire d'une place assurément éligible sur la liste sénatoriale UMP de 2011 serait-elle à ce point contestée qu'il tente par tous les moyens de la conforter ? La question mérite d'être posée et nous attendons avec sérénité la réponse des juges à la contestation du Professeur de droit.

  • Un autre Professeur de droit, Philippe Sueur, Maire d'Enghien et conseiller général, bien que n'ayant pas voté la réforme par solidarité de groupe, s'est exprimé sur VOTV en des termes très mesurés, reconnaissant qu'il y avait des raisons de la faire et que ce n'était pas "l'apocalypse". il n'a pas cru bon de saisir les tribunaux et n'a pas lui vu de rupture d'égalité etc.