Carton_rouge Cet article un brin polémique pour épingler
le Maire de Saint-Leu-la-Forêt "champion" de l'approximation.

Tout commence avec ses déclarations répétées contre le conseil général il y a quelques mois, totalement infondées, au milieu du choeur des conservateurs de droite du département, une charge orshestrée par l'UMP contre la contractualisation avec les communes, une réforme juste voulue par la majorité de gauche.

Deuxième acte lors de la réunion de présentation de la contractualisation au CDFAS d'Eaubonne, pris en flagrant délit d'ignorance mais pas d'éloquence sur le même sujet qu'il ne maitrisait guère lors de nos échanges musclés.

Trosième acte, son équipée détestable et scandaleuse contre Ali Soumaré, avec  Francis Delattre et Axel Poniatowski lors de la campagne des Régionales,

Et ce matin encore avec une déclaration reproduite dans le Parisien, dans un article sur la disparité des impôts sur le revenu payés par les valdoisiens selon leur lieu de résidence.

A Saint-Leu, on explique même qu’un fort pourcentage de foyers imposables peut être dommageable pour les habitants.
« Les tarifs des cantines ou des centres de loisirs sont calculés en fonction de l’impôt sur le revenu. Plus les gens paient d’impôts et plus les tarifs sont élevés. C’est un avantage pour la commune mais pas pour les habitants. »

Bizzare, car ces tarifs (cantines scolaires et centre de loisirs) sont fixés par la commune, le quotient familial (ou toute autre formule) s'appliquant sur cette base. La municipalité est totalement responsable des tarifs élévés ou pas qu'elle applique, ce qui rend son argument irrecevable. Je lui conseillerais volontiers de s'inspirer de l'exemple du conseil général qui a instauré des tarifs de restauration scolaire pour tous les collègiens calculés en fonction des revenus des familles certes et fixés par le département entre 0,85 € et 2,60 € pour le tarif le plus élévé.

Décidemment la Mairie de Saint-Leu est désormais un "haut Lieu" de l'approximation !